• Princesse Yennenga

    Princesse Yennenga

    Bon, d'accord, Sapouy est en territoire Gurunsi ...

    Voici cependant l'histoire du Royaume voisin,

    le Royaume Mossi créé par la Princesse Yennenga

    entre le XIème et le XVème siècle.

     

     

      La chanteuse burkinabè Yili Nooma et Smarty du groupe de rap ouagalais Yeleen

    "Yennenga" (paroles et musique Yili Nooma / label Disquekoné)

    http://www.musicme.com/#/Yili-Nooma/albums/Yennenga-3610150978448.html

     

    C’était avant la naissance de l’empire Mossi, il y a très très longtemps, au royaume de Dagomba, situé dans le nord du Ghana actuel, et dont la capitale était Gambaga. Le grand Roi Nédega régnait sur le Dagomba et assurait la paix, la sécurité et la prospérité de son peuple. Un royaume fort et prospère apporte toujours son lot de jaloux et le Roi était sans cesse attaqué par les peuples voisins, principalement par les guerriers Malinkés qui habitaient plus au sud. Mais le Roi Nédega et ses soldats, dont sa légendaire cavalerie, défendaient vigoureusement le pays et parvenaient sans cesse à repousser les assaillants.

    Nédega n’avait pas encore de garçon pour assurer sa descendance mais avait une fille qu’il adorait, chérissait et élevait comme un garçon. Elle s'appelait Poko. Ayant grandi au contact des guerriers de son père, Poko avait très vite pris le nom de combat de Yennenga. Le Roi et sa garde pouvaient compter sur la Princesse Yennenga, une amazone extraordinaire qui, à la tête de la cavalerie, défendait et conquérait des territoires. Tout le monde s'accordait à dire qu'elle montait à cheval mieux que tous les guerriers du Royaume et se servait admirablement bien de sa sagaie et de son arc lors des combats.

    N’ayant pas de fils et éperdument fier de sa fille, prunelle de ses yeux, Nédega retardait depuis longtemps le moment de la marier. Napoko, la Reine-Mère en souffrait beaucoup car c’est le rôle d’une mère que de marier sa fille. Napoko, pour attirer l’attention de son mari, décida alors de semer un champ de gombo qu’elle laissa mûrir et pourrir sans cueillir la récolte ... Le Roi qui s’indignait à juste titre de l’état du champ de gombo lui demanda la raison de cet attentisme. Napoko lui répondit que le champ était à l'image de leur fille : « Si un fruit mûr n’est pas enlevé, il durcit ou il pourrit sur l’arbre. » Le Roi Nédega se résigna alors à trouver un prétendant pour la Princesse selon la coutume.

    Un jour, alors que le Royaume était une fois de plus attaqué par les Malinkés, la Princesse Yennenga rassembla tous les guerriers de son père et chassa les assaillants hors du royaume. Sur le chemin du retour, le cheval de la Princesse s’emballa et  finit sa course folle dans une rivière où il s’embourba, projetant Yennenga dans l'eau profonde. Un chasseur d’éléphants, répondant au nom de Rialé, passait par là. Il repêcha la Princesse et la ramena jusqu’au campement de ses frères chasseurs. Rialé tomba sous le charme de la princesse Yennenga. Leur union donna comme fruit un garçon qu’ils appelèrent Ouédraogo (qui signifie, en mooré, Etalon) en souvenir du cheval de Yennenga, à l'origine de la rencontre des deux amoureux.

    Mais Yennenga s’inquiétait du Royaume Dagomba et de son père, le vieux Roi. Elle pressa Rialé de l’accompagner jusqu'à Gambaga, la capitale. Le vieux Nédega fut très heureux de revoir sa fille chérie et accepta Rialé comme gendre. Lorsque la Princesse et Rialé demandèrent à partir du Royaume pour fonder leur propre village, Nédega leur fit don de bœufs, de moutons, de chèvres, de fournitures diverses et de serviteurs fidèles. Le Roi leur confia plus de trois cents sujets avec lesquels Yennenga et Rialé purent créer le premier Royaume Mossi (Moagha au singulier), le royaume de Tenkodogo (La vieille Terre), au sud de l'actuel Burkina Faso.

    Le fils de Yennenga, premier Mogho Naba, Naba Ouedraogo, continua de régner sur ce Royaume et eut lui même deux fils (des Nakomsé), Naba Rawa et Naba Zoungrana. Naba Rawa se dirigea vers le Nord d’où il chassa les Dogons qui migrèrent alors vers le Mali. Naba Rawa créa sur ce territoire le Royaume Mossi du Yatenga, avec pour capitale, Ouahigouya. Le second fils de Yennenga et Rialé resta dans le Royaume de ses parents et le consolida. Un cousin de Ouedraogo, Diaba Lompo, partit vers l’est et créa le Royaume du Gourma, près de l’actuel Fada N’gourma. Même si ce dernier Royaume ne fait actuellement plus partie officiellement de l’empire Mossi, son histoire reste néanmoins attachée à la formation du royaume Mossi, issue de la descendance de Yennenga, fille de Nédega, Roi du Dagomba.

    Oubri, descendant direct de Naba Zoungrana, part à la conquête des terres de l'ouest avec une solide armée. Ils attaquent Kombentinga, la "Terre des Guerriers", capitale des peuples Nyonnyonsé et Gourounsi, les premiers habitants du Burkina Faso. Oubri la renomme Wogdo ("Venez m'honorer") qui devient "Ouagadougou" et se proclame Moogho Naba ("chef de l'Empire Mossi"), créant la première dynastie royale de l'Oubritenga ("Terre d'Oubri").

    Les premiers Royaumes Mossi (Tenkodogo, Ouagadougou-Oubritenga et Gourma) datent, par conséquent, du XVème siècle et ne correspondant pas au découpage colonial.

    Princesse Yennenga

    Pin It